Le voyage d’étude 2023 en Belgique : le premier jour à Bruxelles

Pour la version 2023 de notre voyage d’étude nous sommes basés à Bruxelles, afin d’aller rencontrer les partenaires et les acteurs socio-sanitaires en Belgique. L’équipe encadrante est composée par Ruggero Iori, Pascal Fugier, Virginie Dufournet Coestier, Simon Cottin-Marx et Anaïs Martin (de l’EPSS). Le texte du premier jour est rédigé par Lucie Bourdeau, Séverine Libéral et Stéphanie Rabalison (M2 EPDIS).

Ce matin, un groupe est allé rencontrer la coordinatrice du Comité de la Samaritaine, association du quartier des Marolles, issu d’une communauté d’habitants ayant mené une lutte populaire contre l’insalubrité de leurs logements en 1980. Aujourd’hui, le public cible, reste les habitants précaires du quartier, mais l’accueil est inconditionnel pour toutes personnes. Les salariés et bénévoles s’appuient essentiellement sur la restauration sociale et solidaire pour entamer un travail de médiation (activités culturelles, formations, etc.) et l’approche communautaire participe à la cohésion sociale locale et à la création de lien entre les habitants, dans le respect de chacun.

Au même moment, un autre groupe est allé à la rencontre de l’établissement Tamaya rattaché à l’association Tamaris. C’est un service résidentiel pour adolescents en rupture de parcours et/ou des jeunes ayant un parcours judiciaire. C’est un petit collectif d’une quinzaine de places où travaillent 10 éducateurs spécialisés.

C’est un petit collectif d’une quinzaine de places où travaillent 10 éducateurs spécialisés. Il n’y a pas d’obligation d’un taux plein d’occupation : possibilité d’aller-retour dans d’autres structures intermédiaires (types CER, CEF, autres structures relais) liés à la flexibilité des financements avec des parts fixes et variables. Les jeunes partent à l’âge de 20 ans maximum et aucun suivi n’est demandé ensuite. Les valeurs initiales de la structure étaient basées sur « le non-renvoi » des jeunes, qui aujourd’hui, est considéré comme un mythe. La réduction de l’effet de discontinuité s’effectue à l’aide de micro-actions diverses (thérapeutiques, éducatives) et même si le jeune teste fortement les limites, c’est avec lui qu’une solution va être construite. Outre le qualitatif amené par un éducateur pour un jeune, se pose la question de la liste d’attente et du suivi de cohorte;

Après un repas dans une brasserie Belge, un groupe est allé rencontrer Les Sentiers de la Varappe qui est un des services d’accompagnement socio-éducatif (SASE) de l’association Les Sentiers, dont la principale mission est l’accompagnement à l’autonomie de jeunes, à partir de 16 ans.

Le service porte un dispositif de « logement de transit » dans le cadre d’une pair-aidance avec des étudiants de leur âge. Cela leur permet d’apprendre à vivre en autonomie, de tester leurs capacités, sans pressions. Un accompagnement informel peut se poursuivre après la sortie du jeune (questionnaire de suivi, contacts téléphoniques et aides ponctuelles). La seconde est une intervention en famille (type EAED, AEMO) pour laquelle ils exercent 13 mesures pour 5 professionnels (4 intervenants sociaux et une psychologue).

Un autre groupe est allé à la rencontre de l’Entr’aide des Marolles.

Cette association est historiquement reconnue dans le quartier depuis 90 ans. Elle porte quatre services, le centre d’action social global, la maison médicale, le service d’aide psychologique et l’école de l’entr’aide – EDE (cours d’alphabétisation). Nous avons été accueillies par le directeur, ASS de formation initiale, le coordinateur du centre d’action sociale globale qui est infirmier social et le coordinateur du service d’aide psychologique, travailleur social, psychologue de formation. 80 professionnels travaillent à l’Entr’aide des Marolles. Les différents espaces ne sont pas délimités par service, ils s’organisent dans un agencement décloisonné qui permet la rencontre des professionnels comme des publics, dans une organisation d’interculturalité professionnelle. Le management horizontal revendiqué par le directeur, favorise les rencontres (interstitielles) et limite les rapports de dominations entre professionnels sanitaires et sociaux. Une des valeurs principales de l’association est l’accueil inconditionnel du public. Ici, les habitants peuvent venir pour voir leur médecin généraliste ou être suivi de manière transversale, par plusieurs services.

Le dernier groupe s’est rendu à Anderlecht, rencontrer l’association Les Petits Riens, créée en 1937, qui se définit comme une entreprise d’économie sociale. Cette visite s’est centrée sur les activités du centre de formation.

L’objectif est l’insertion dans l’emploi de public précaire, concrètement 14 stagiaires apprennent les métiers de technicien en électroménager ou en électromécanique. Cette association assume avoir pris les codes entrepreneuriaux du privé, entre autres le dégagement de bénéfices, qui permettent de développer de nouvelles actions d’insertion et de formation. L’esprit communautaire est une nouvelle fois très marqué. Une fois réinsérés et ayant quitté Les Petits Riens, les anciens restent ressources entre eux par des réseaux formels et informels.

Pour conclure, cette journée fut très riche en rencontres et découvertes. Nous avons dégagé plusieurs idées qui nous semblent transversales aux différents services rencontrés :

  • Multitude de subsides différents, gestion budgétaire précaire, très compliquée, très chronophage mais qui favorise des marges de manœuvre.
  • Engagement fort des professionnels, ancrés dans leur territoire, très attachés à défendre leurs valeurs professionnelles.
  • L’approche communautaire fait partie du socle de l’intervention sociale, articulée avec les accompagnements individuels et les actions collectives.
  • Tous ces professionnels ont témoigné de l’importance du lien de confiance avec la personne accompagnée, du faire « avec », au rythme du public, selon ses besoins.
  • Un fonctionnement démocratique, marqué dans les rapports entre bénéficiaires, bénévoles, professionnels, directions : ce concept de donné/recevoir/rendre, où tout à chacun, a un savoir à partager, dans la participation active de tous.
  • Travail social « bricolé », qui apporte la possibilité d’être bord cadre au besoin des situations, spontané, dans la créativité des solutions et avec le droit de se tromper.


Citer ce billet
Ruggero Iori (2023, 7 mars). Le voyage d’étude 2023 en Belgique : le premier jour à Bruxelles. Master EPDIS. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ofw2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search