Le voyage d’étude 2023 en Belgique : le deuxième jour à Bruxelles et Charleroi

Au menu de la journée : déplacement dans des centres de formation, l’un à Charleroi, l’autre à Bruxelles et visite d’un centre d’accompagnement des jeunes, Abaka ! Texte rédigé par Franceska Thomas, Fatoumata Sankanou et Jennyfer Mujanayi 

Nous sommes allés à la rencontre d’étudiants belges en promotion sociale (éducation spécialisée, psychomotricité et psychopathologie) au CESA (Centre d’Enseignement Supérieur pour Adulte) à Charleroi.

Dans un premier temps, nous avons été reçus par le directeur du CESA puis nous sommes allées à la rencontre des ES. Les étudiants accueillis au sein de cette école sont tous en situation professionnelle. Elle s’adresse uniquement à des étudiants en situation professionnelle, en reconversion, ou en reprise d’études. Elle accueille 650 étudiants accompagnés par 70 enseignants. Les cours sont dispensés en alternance (3 jrs de cours par semaine) ponctués par des stages. Les enseignants sont obligatoirement en situation professionnelle. Chaque étudiant dispose d’un suivi individualisé avec un enseignant. Ces temps de rencontres permettent à l’étudiant d’effectuer des points réguliers sur sa pratique professionnelle mais également sur sa situation personnelle. Nous avons échangé autour du thème de la culture professionnelle et du décloisonnement entre le champs sanitaire et médico-social. Nous souhaitions savoir ci ce thème était développé dans les programmes de formation belge.

Un autre groupe est parti visiter la Haute école libre de Bruxelles. Dans un premier temps Anaîs Martin a pu présenter son projet de thèse puis un temps d’échange a eu lieu avec les personnes présentes. L’un des objectif d’Anais était de consolider un partenariat avec cette école et l’EPSS.
Cette école forme des écologues sociaux. Les thématiques traitées concernent l’urbanisme et les questions énergétiques. A la fin du cursus, les personnes obtiennent un niveau Bac+3. Le métier d’écologue n’existe pas en tant que tel mais ouvre des possibilités à des différents postes autour des questions d’urbanisme et d’écologie. Certains étudiants poursuivent vers d’autres masters à la fin de leur parcours. Ces personnes ne sont pas considérées comme des travailleurs sociaux. Le diplôme a été créé en 2003.

Un dernier groupe est aller visiter le centre de crise d’accompagnement pour adolescents, ABAKA, qui s’adresse à des non mandatés âgés 12-22 ans. Il propose un accueil 24h/24 et 7j/7. La spécificité du centre est de travailler uniquement à la demande du jeune. L’adhésion du jeune et de sa famille est obligatoire. Il dispose également en interne d’une capacité d’accueil de 5 jeunes en hébergement, accueillis temporairement sur une durée de 6 mois renouvelable 2 fois. Environ 150 jeunes sont accompagnés en externe par an.

Le centre propose 3 outils permettant d’accompagner ces jeunes :

  • Itinérance est trek d’un mois permettant de soigner l’errance par le voyage.
  • Respire est un séjour de rupture permettant un retour à la nature
  • Perspektiv’ est un soutien à l’autonomie et au logement de transit situé à Bruxelles.
  • Le taux d’encadrement est du 1 pour1

Quelques éléments statistiques du rapport d’activité de 2021 :

  • 368 jeunes ont fait appel au service
  • 89 jeunes hébergés
  • 125 jeunes accompagnés par l’équipe
  • 782 heures d’entretien avec les jeunes et leur famille
  • 1025 nuitées


Citer ce billet
Ruggero Iori (2023, 9 mars). Le voyage d’étude 2023 en Belgique : le deuxième jour à Bruxelles et Charleroi. Master EPDIS. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ofw3

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search