Le voyage d’étude 2023 en Belgique : le quatrième jour à Mons

Pour ce quatrième jour nous sommes allés à la rencontre de Laetitia Melon (ULB) et ses collègues dans la ville de Mons. Texte par Arnaud Beurier et Cédric Vittu

En matinée nous sommes allés à la rencontre des coordinateurs et d’une accompagnante sociale, du dispositif Coup de BOOST à Mons.

Ce dispositif adressé à des jeunes « NEET » (Not in education employment or training) vise l’accompagnement à l’autonomie de jeunes âgés de 18 à 29 ans. Ce n’est pas le seul en Belgique, mais il a pour originalité de s’inspirer d’une initiative partenariale du syndicat FGTB (Fédération générale de travail de Belgique), du syndicat CSC et du FOREM : les cellules de reconversion. Il propose à des jeunes en difficulté d’insertion un modèle d’accompagnement initialement mis en œuvre auprès de travailleurs ayant subi des vagues de licenciement, ou de restructuration dans le monde de l’entreprise. Ce service a pour philosophie de placer le jeune « au centre », tout en s’adaptant à son rythme. La durée de l’accompagnement éducatif est de 6 mois avec une possibilité de renouvellement de 3 mois, période au cours de laquelle les jeunes peuvent notamment faire un bilan de leur parcours, bénéficier d’un travail d’orientation au travers d’ateliers collectifs et d’un suivi individualisé. La dimension collective est défendue comme un axe essentiel pour favoriser l’entraide et la valorisation.

L’après-midi nous avons pu échanger sur la recherche-action sur l’autonomie des jeunes ayant un parcours au sein de l’Aide à la Jeunesse menée par Laetitia Melon en présence de deux étudiantes du Master en Sciences du Travail de l’Université Libre de Bruxelles ayant participé à cette recherche-action. Cette dernière a été co-construite avec différents acteurs de terrain : des professionnels de l’aide à la jeunesse, d’autres en dehors du secteur, ainsi que des jeunes et leurs familles. Ce travail universitaire se veut davantage qualitatif que quantitatif, il s’appuie sur des entretiens individuels et collectifs. Trois angles de recherche ont été définis : interroger la notion d’autonomie ; faire un diagnostic des pratiques existantes en faveur des jeunes en difficulté d’insertion ; identifier les ressources et les obstacles rencontrés. Un outil (Podcast) a été proposé à partir de la demande des jeunes afin de pallier à l’invisibilité de leur expérience au sein du monde scolaire, de leur entourage et plus globalement du grand public.

On s’aperçoit au fil des rencontres avec les associations et des travailleurs sociaux, que les dispositifs d’aide à la jeunesse en Belgique peuvent avoir une part innovante en comparaison de ceux qui existent en France, mais Laetitia Mélon nous a bien indiqué que la réalité ne doit pas être idéalisée. A titre d’exemple, une agence immobilière sociale (AIS), structure qui facilite l’accès à des logements pour les jeunes majeurs et qui développe des projets d’insertion avec des publics précaires, peut intégrer des propres critères de délivrance, jusqu’à paradoxalement (et en des rares cas) exclure certaines personnes en grande précarité (SDF, jeunes délinquants). Cette journée au contact d’étudiants du travail social a été riche en échange de pratiques, et nous éclaire un peu plus sur le paysage d’action sociale belge.



Citer ce billet
Ruggero Iori (2023, 10 mars). Le voyage d’étude 2023 en Belgique : le quatrième jour à Mons. Master EPDIS. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ofw5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search