Portrait d’une ancienne étudiante M2 EPDIS : Isabelle Dobigny Laplanche

Isabelle Dobigny est actuellement cheffe de service SAVS SAMSAH (Service d’Accompagnement à la Vie Sociale Service d’accompagnement Médico-Social pour Adulte Handicap) APF France handicap du Val d’Oise, pilote du projet SAM’Concerne, et ancienne étudiante de la promotion M2 EPDIS 2021-2022

Crédits : IDL
  • Pouvez-vous présenter en quelques lignes votre parcours professionnel et de formation avant l’arrivée à EPDIS et ce que vous faites aujourd’hui (si jamais vous avez changé) ?

Educatrice spécialisée de formation initiale, j’ai d’abord exercé en protection de l’enfance avant d’intégrer la MDPH (Maison départementale des personnes handicapées) du Val d’Oise. Initialement embauchée en tant que conseillère handicap j’ai ensuite pris un poste de référente du maintien à domicile au sein de l’équipe d’évaluation de la compensation du handicap. Sur ce poste ma mission était de favoriser le projet de vie au domicile des personnes. Après avoir contribuer à créer le pôle social de la MDPH, j’ai choisi de rejoindre le double cursus CAFERUIS/M1 EPDIS à l’EPSS / Cergy Paris Université en 2016. L’aspect réflexif de la formation m’a conduite à beaucoup questionner la place des personnes en situation de handicap dans leur propre projet. En effet, les fragilités des personnes étaient d’emblée perçues comme des freins voire des incapacités à vivre à domicile ; l’équipe d’évaluation pensait souvent pour elles, sans leur laisser la place de s’exprimer réellement.

Après l’obtention de mon diplôme, j’ai alors quitté la MDPH pour rejoindre le secteur associatif afin d’être en accord avec mes valeurs d’inclusion et de participation de personnes concernées. Embauchée à APF France handicap, j’ai pris des fonctions de cheffe de service au sein d’un SAVS SAMSAH. J’accompagne ici une équipe de vingt professionnelles qui ont pour mission de soutenir 80 personnes en situation de handicap dans leur projet de vie. En 2021, le service a remporté un appel à projet de la CNSA (Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie) qui promeut les pratiques innovantes en matière de participation des personnes accompagnées à la gouvernance du service. C’est ainsi que nous avons développé le projet SAM’Concerne visant à soutenir l’autodétermination de personnes accompagnées. En parallèle j’ai postulé et intégré le Master 2 EPDIS : j’avais le souhait de favoriser ma réflexivité par le biais de la recherche sur ce projet hautement impactant sur l’ensemble des parties prenantes : personnes accompagnées, professionnels et équipe de direction.

  • Quel était l’objet de votre recherche et qu’est-ce qui vous a amené à vous intéresser et à travailler sur ce sujet?

Le projet SAM’Concerne vise à soutenir l’autodétermination de personnes accompagnées à travers deux axes : comprendre son environnement et agir sur son environnement. Le projet lui-même est un processus apprenant à tout point de vue et pour toutes les parties prenantes. La démarche même de construction du projet se veut exemplaire sur le plan de la participation des personnes accompagnées et des aidants représentés au COPIL ainsi qu’au comité de suivi regroupant les financeurs, la CNSA, l’association gestionnaire et d’autres partenaires supports. Deux instances dont le fonctionnement démocratique permet aux personnes, aidants, professionnels, d’avoir leur mot à dire et de voir leur contribution aboutir concrètement.

Dès le début du projet, j’ai fait des constats difficiles en me heurtant à la résistance vive et très active de certains professionnel·les face au projet. J’ai eu beaucoup de mal à comprendre ces résistances, compte tenu de l’historique de ce service, ancré, depuis sa création, dans des pratiques dites participatives au regard du public accueilli. Je ne comprenais pas non plus pourquoi l’accompagnement à l’autodétermination (qui m’apparaissait comme une bonne pratique sur le plan éthique) ne faisait pas l’unanimité. Cela a provoqué donc de l’incompréhension et de la tension avec les professionnel·les de l’équipe. La certitude initiale qu’il n’y avait plus qu’à se lancer dans le projet, s’est heurtée à des freins importants de la part des professionnels dans la mise en œuvre de certains espaces d’autodétermination que nous avons pourtant pensé avec eux et les personnes accompagnées. Mes premières observations ont d’abord mis en évidence deux éléments : une résistance sur le plan organisationnel et une nécessaire ré-argumentation de l’objectif de telle ou telle pratique participative ou de tel ou tel espace d’autodétermination. Simultanément, j’ai constaté une désarticulation dans le travail de l’équipe voire une scission au sein même de celle-ci: les ancien·nes professionnel·les et les nouveaux·lles professionnel·les n’avaient pas la même vision et le même vécu du projet, avec au moins une démission en lien direct avec le projet SAM’Concerne. C’est à l’occasion d’un colloque (lors duquel le service est intervenu) que j’ai entendu un professionnel de l’équipe soulever l’inquiétude de se voir devenir outil de l’accompagnement.

Face à ces différents constats tirés de mon terrain, j’ai souhaité alors comprendre l’impact du concept de l’autodétermination sur les pratiques professionnelles. J’ai intitulé mon mémoire : « L’autodétermination au sein d’un SAVS SAMSAH. Quand le rééquilibrage des rôles dans la relation d’aide devient exhausteur de sens pour les pratiques ».

  • Quels dispositifs méthodologiques avez-vous mis en place dans votre mémoire ?

Le terme autodétermination est un terme complexe dont le sens peut parfois être réduit trop rapidement au fait de se déterminer soi-même, en somme de faire des choix individuels. J’ai donc procédé à une revue de littérature dense sur le sujet afin d’explorer le modèle fonctionnel de l’autodétermination selon Wehmeyer pour tenter de saisir l’étendue du terme. Sur le plan méthodologique, mon dispositif de recherche s’est enrichi et adapté à mesure du déroulement de la recherche : la revue de littérature scientifique et l’analyse de la littérature grise m’ont permis de constituer un premier corpus. Ensuite en novembre 2021, j’ai procédé à des entretiens compréhensifs individuels auprès des professionnel·les de mon service avant d’entamer une phase d’observation participante de janvier à mars 2022 (accompagnée donc d’un journal de terrain et des comptes-rendus réguliers) que j’ai enrichie par des entretiens complémentaires, individuels et collectifs, auprès d’un maître de conférences, de professionnel·les et de personnes accompagnées. J’ai utilisé un dispositif « miroir » : c’est-à-dire qu’après avoir interviewé des personnes accompagnées par le service, j’ai procédé à un entretien collectif avec les professionnel·les. Nous avons réécouté ensemble les entretiens individuels des personnes accompagnées et j’ai pu observer et recueillir leurs remarques, commentaires, réflexions qui ont donc alimenté les résultats de ma recherche.

  • Quels résultats de recherche vous tirez de votre recherche ?

Les résultats de la recherche ont démontré que l’autodétermination impacte les rapports aidant/aidé au point de réorganiser la relation d’aide dans un système se voulant équitable, permettant, aux professionnel·les et aux personnes accompagnées, d’être dans une symétrie des pouvoirs. Le professionnel perd finalement son statut d’expert, qui le faisait opérer à la place des personnes concernées afin de ne pas les voir échouer La non atteinte des objectifs de la personne accompagnée peut être vécue par les professionnel-les comme un signe de non-efficacité de leur travail. De fait, cela induit que les professionnel·les se placent, souvent inconsciemment, en position dominante vis-à-vis de la personne concernée, ne reconnaissant pas encore sa part de responsabilité dans le déroulé de son parcours d’accompagnement.

Les occasions offertes aux professionnel·les d’expérimenter pour eux-mêmes l’autodétermination, ont mis en exergue le fait que chacun d’entre eux et elles peuvent se retrouver dans les quatre composantes de l’autodétermination. Développer au travail leur autonomie, leur autorégulation, leur empowerment psychologique et leur autoréalisation a favorisé l’appropriation du concept et son application dans l’accompagnement des personnes concernées. Cela implique que l’environnement de travail des professionnel·les leur offre le soutien nécessaire au développement de leur propre autodétermination. Le changement managérial que j’ai observé durant la recherche implique une nécessaire adaptation des modalités d’accompagnement des équipes. L’autodétermination ne se divise pas, elle concerne l’ensemble des acteurs de l’accompagnement qui, chacun à leur niveau, ont à y trouver une motivation qui leur est propre pour se l’approprier et en comprendre l’intérêt.

Au-delà de l’écart que j’ai pu mesurer dans l’appropriation du concept par les professionnel·les entre les premiers entretiens individuels et l’entretien collectif de fin de recherche, l’analyse des données a mis en évidence des résultats auxquels je ne m’attendais pas. C’est en cela que cette recherche a été passionnante ! Le premier concerne les professionnel·les qui évoquent avoir retrouvé un sens à leurs pratiques. Le second est celui du rapport au temps : favoriser l’autodétermination des personnes accompagnées c’est d’abord être à leur écoute pour entendre leurs avis, les laisser faire des choix et expérimenter ce qui de fait impacte la temporalité des accompagnements. Ces deux derniers thèmes sont profondément ancrés dans l’actualité étant donnée la « crise » que traverse aujourd’hui encore le secteur social et médico-social. Ils m’ont permis de venir discuter l’incohérence entre ce que la nouvelle gestion publique (ou new public management) implique en termes d’organisation du travail social et le pourtant bienfondé de l’autodétermination dans les pratiques d’accompagnement D’un côté des méthodes entrepreneuriales de gestion des ESSMS poussent à la rentabilité, de l’autre côté l’importance de ralentir le rythme des accompagnements permet de prendre le temps et d’adapter la temporalité aux besoins des personnes.

  • Quel intérêt ce travail de recherche apporte à votre pratique professionnelle, à votre posture et/ou au champ professionnel ?

Ce travail de recherche a eu d’abord un impact majeur sur ma pratique professionnelle. Je suis venue observer l’impact du soutien à l’autodétermination chez les professionnel·les de l’équipe et je me suis retrouvée face à l’impact de tout ce projet sur ma propre pratique managériale. J’ai alors développé un management coopératif pour être en accord avec ce que nous demandions aux professionnel·les vis-à-vis des personnes accompagnées. Il n’est pas possible d’attendre d’une équipe qu’elle vienne soutenir l’autodétermination et le pouvoir d’agir des personnes accompagnées si ces mêmes professionnel·les sont eux-mêmes et elles-mêmes privé·es de toute latitude dans leur quotidien professionnel. Cela a eu pour conséquence de favoriser la créativité des équipes et leurs prises d’initiatives.

Ensuite, les temps d’entretiens et de recueil de données ont été des espaces réflexifs très appréciés par les professionnel·les que j’accompagne : à l’instar des groupes d’analyse de la pratique (GAP), ces moments ont favorisé, paradoxalement (ou en tout cas sans que ce soit leur visée première), leur conscientisation des postures favorisant ou non l’autodétermination. Au-delà des GAP nous avons désormais d’autres espaces de réflexivité pour mesurer l’impact de cette nouvelle manière d’accompagner les personnes sur nos pratiques.

Enfin, les résultats de cette recherche ont également permis d’aborder la question du sens et de l’attrait des métiers du social. Dans le contexte actuel où les recrutements dans le secteur social et médico-social sont en tension, le projet SAM’Concerne (et par-là le soutien à l’autodétermination) est devenu un facteur d’attractivité. La question du sens vient s’ancrer dans nos pratiques quotidiennes de co-construction avec les personnes accompagnées et les professionnel·les. Nous ne pouvons plus revenir en arrière. Ce n’est plus « la personne qui est au centre » mais bien son projet : elle fait partie intégrante de l’équipe par l’apport de ses « savoirs expérientiels ». On travaille au quotidien à garantir l’équilibre des savoirs professionnels et des savoirs issu de leur expérience. La personne concernée contribue à construire la solution pour tendre vers ses propres envies et objectifs. Cela vaut pour son projet personnalisé mais cela vaut également pour chacun des autres sujets impactant la gouvernance du service (démarche qualité, nouveaux projets collectifs, et bientôt le recrutement ! ). Certes, cela implique de prendre le temps nécessaire au soutien à son autodétermination. Il a été donc indispensable que l’équipe de direction fasse le choix de laisser ce temps aux équipes et aux personnes accompagnées. Pour chaque nouveau projet, ou chaque nouveau sujet impactant directement le service et sa gouvernance, on constitue un comité de pilotage (COPIL) qui réunit personnes accompagnées et professionnel·les et ça, ça a du sens !

  • Pourriez-vous décrire en quelques mots le master EPDIS et ce que t’a apporté ? Comment vous le présenterez à des nouveaux·lles candidat·es ?

Le master EPDIS est un master de recherche a portée internationale qui permet de réels aller-retours entre le terrain de pratique et les concepts. Les intervenant·es sont à l’image de ces aller-retours ancrés dans le terrain du social et du médico-social et/ou dans le monde universitaire. L’opportunité d’aller observer ce qui se passe à l’étranger est également une réelle chance.  Le tout est excessivement riche d’enseignements !

A travers le master, j’ai développé une posture dite de « praticienne chercheuse ». La recherche a en effet contribué à me faire comprendre les mouvements d’enrichissement mutuel qui opèrent du terrain vers la recherche et inversement. Ce mouvement perpétuel a favorisé un mouvement réflexif qui me semble aujourd’hui, non seulement un atout mais surtout indispensable lorsque l’on occupe un poste de direction.  

Pour aller plus loin:

  • Andrien, L., Sarrazin, C. (2022). Handicap, pour une révolution participative: La nécessaire transformation du secteur médico-social. Érès.
  • Boivin, J. et Blin, M. (2021). 100 Idées pour promouvoir l’autodétermination et la pair-aidance. Pouvoir décider, dire et agir pour soi. Se soutenir entre pairs, transmettre et partager son expérience. Paris, Tom Pousse.
  • Geurts, H., Rinaldi, R., Franquet, A. & Haelewyck, M. (2020). Autodétermination et déficience intellectuelle : quels enjeux et quels défis pour les pratiques de soutien ?. Contraste, 51, 119-138. 


Citer ce billet
Ruggero Iori (2023, 31 mai). Portrait d’une ancienne étudiante M2 EPDIS : Isabelle Dobigny Laplanche. Master EPDIS. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ofw7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search