Le voyage d’étude 2024 à Bruxelles: le deuxième jour !

Pour la version 2024 de notre voyage d’étude nous sommes basé·es à Bruxelles, afin d’aller rencontrer les partenaires et les institutions médico-sociales en Belgique. L’équipe encadrante est composée par Ruggero Iori, Pascal Fugier, Maïté Juan et Anaïs Martin (de l’EPSS). Le texte du jour est rédigé par Catherine Pellevoisin et Emilie Cohen (M2 EPDIS)

Après une bonne nuit de repos la deuxième journée débute par une rencontre du Think & Do Tank avec son président Denis Stokkink accompagné par Lolita Deflandre de l’ASBL Pour La Solidarité. L’association cohabite avec l’entreprise Smart et propose des lieux de rencontre et de travail conviviaux et axés sur le partage.

Accueil commun PLS et Smart (coopérative de travailleurs et travailleuses indépendants)
A l’entrée, le mur des petites annonces

Leur devise est « comprendre, relier, accompagner pour agir ». PLS œuvre pour une solidarité durable et propose une expertise au service de tous les acteurs : entreprises, pouvoirs publics et société civile pour valoriser un modèle social transnational basé sur deux piliers : l’économie de marché et la justice sociale. Ils defendent une Europe sociale axée sur des valeurs de paix, de justice sociale, de libertés, de démocratie et sur le respect des droits de l’Humain et la solidarité. Pour PLS, la solidarité est la « valeur coupole » dans une Europe qui compte 9 millions des personnes en situation de pauvreté.

Force est de constater que la vision d’une Europe solidaire et durable qui place « l’humain au centre du développement économique » reste idéaliste car selon le Président de PLS, la vision économique prend l’ascendant sur la vision sociale. La course aux subventions et les procédures de demande éclipsent insidieusement certains principes fondamentaux de l’action sociale que sont la concertation des publics et la prise en compte de leurs avis ou la nécessaire co-construction avec les acteurs de terrain.  

La matinée s’est poursuivie par la présentation du socle européen des droits sociaux et de quelques exemples de plans d’action européens pour l’économie sociale dont trois domaines d’action sont inscrits à l’actuel plan décennal :

  • Créer les conditions propices à l’économie sociale
  • Soutenir les compétences en matière d’économie sociale
  • Favoriser la reconnaissance et la visibilité de l’économie sociale.

A l’issue de cette présentation, l’ensemble de la promotion se dirige vers le restaurant Amazone dont la mission est de favoriser le travail des associations féministes. Madame Aude Van Den Broeck, chargée de communication et de projet, nous présente la plateforme de soutien aux associations féministes belges.

20 associations sont installées au sein du bâtiment, quelques autres y sont domiciliées. La structure existe depuis 1995, initiée par une ministre, elle totalise aujourd’hui sept professionnel·les plus des salarié·es embauchés en contrats courts pour le restaurant solidaire. Pôle ressources et plateforme de mise en relation, Amazone met à disposition un centre des congrès ainsi qu’un centre d’information et de documentation. Les financements sont principalement issus des subsides (institution pour l’égalité des Hommes et des Femmes – niveau fédéral), de la location des salles, des fonds issus du restaurant plus l’adhésion des associations hébergées.

En dehors des personnes reçues au restaurant, Amazone ne reçoit pas de public même s’il peut arriver que certaines femmes victimes de violences se présentent spontanément, ce qui atteste de la visibilité de la structure.

Dans l’après-midi, un autre groupe (Nelly et Arnaud) a rencontré l’ASBL « Les Pilotis » pour comprendre le concept de l’autodétermination dans le triptyque Personnes accompagnées/ Familles/ Professionnels en Belgique. Cette association propose une offre de logement sous forme d’Habitats inclusifs, solidaires et adaptés où l’habitant est l’acteur principal de son projet de vie, et où le respect et l’auto-détermination fondent le principe de l’accompagnement des habitants, et demeurent au cœur des réflexions et actions.

Au sein de cette démarche, la rencontre avec le co-directeur et la coordinatrice a été riche d’enseignements. Ils ont pu mettre en exergue que le souci de favoriser l’autodermination des habitants est effectivement portée fortement par l’association dans le cadre :

  • Des entretiens de recrutement et des modalités d’accompagnement des nouveaux professionnels,
  • De l’accompagnement spécifique des habitants qui favorise l’expression de leurs envies, notamment par des espaces de paroles exclusifs et une présence importante des accompagnateurs dans la vie quotidienne mais aussi par une observation fine permettant, pour les personnes non verbales, un décryptage de leur mode de communication,
  • Du travail avec les familles lors du processus d’admission, de l’instauration d’un climat de confiance, et de moments institutionnels permettant une meilleure compréhension du fonctionnement des Pilotis et de son projet.

Par ailleurs, un second groupe (constitué de Catherine et Emilie), a rencontré une des psychologues de Praxis. Cette ASBL est active dans la responsabilisation des auteur·es de violences conjugales et intrafamiliales, dans 12 villes de Wallonie et à Bruxelles. Le travail de responsabilisation, comme alternative aux poursuites, s’effectue en groupe de neuf participants animés et guidés par un duo mixte d’intervenants. Le groupe a vocation de parler de soi et de différentes formes de violences exercées et/ou subies ainsi qu’à entendre le point de vue des autres dans le respect et le soutien. Cette pratique s’inscrit dans l’approche maximaliste de la justice restaurative, ou restauratrice. Praxis partage une préoccupation avec d’autres services et notamment la sécurité des victimes. Outre l’accompagnement des auteur·es, l’association entretient des relations étroites avec les services d’aide aux victimes et s’inscrit dans des réseaux locaux, provinciaux, régionaux et communautaires. De plus, Praxis informe, forme, supervise des professionnel·les concerné·es par la violence entre partenaires.



Citer ce billet
Ruggero Iori (2024, 14 mars). Le voyage d’étude 2024 à Bruxelles: le deuxième jour ! Master EPDIS. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w0qy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search