Le voyage d’étude 2024 à Bruxelles : le quatrième jour !

Pour la version 2024 de notre voyage d’étude nous sommes basé·es à Bruxelles, afin d’aller rencontrer les partenaires et les institutions médico-sociales en Belgique. L’équipe encadrante est composée par Ruggero Iori, Pascal Fugier, Maïté Juan et Anaïs Martin (de l’EPSS). Le texte du premier jour est rédigé par Julie Cucciarre Bourard, Nelly Vidal,  Arnaud Gaubier, Jean Abanda, Yann Lesperant (M2 EPDIS).

Dans le cadre de cette quatrième journée, dans la lignée des précédentes, les étudiant·es se sont divisés en plusieurs groupes pour aller à la rencontre de différentes structures. 

Un certain nombre de membres de la promotion EPDIS a rencontrés deux professionnels de la Fédération des Services Sociaux (FDSS) de Bruxelles. La FDSS permet d’alimenter la réflexion des travailleurs sociaux et des acteurs politiques en faveur des personnes précarisées. Le dispositif s’inscrit dans la lutte contre les causes de la pauvreté et l’idée de d’engager le débat de société dans le champ social. Charlotte Maisin et Joaquim Dos Santos nous ont présenté la cellule Recherch’action dont la logique s’inscrit dans le travail social communautaire au sein des quartiers auprès des habitants pour “avancer dans la construction des problèmes sociaux”. Le travail social communautaire nous a été expliqué comme une mobilisation autour d’une problématique pour la porter auprès des pouvoirs publics. La recherch’action (que nous pourrions apparenter au Développement Social Local en France) est rendue possible par une immersion d’un·e sociologue dans une situation dans une logique “d’aller-vers”. L’objectif est de proposer une lecture dont la démarche pourrait susciter des effets de changements ou de modifications de la situation.  Par exemple, le projet “RAQ” (Relais d’Action de Quartier)  consiste à œuvrer en faveur des personnes ne recourant pas à leurs droits. Dans ce cadre, les “RAQ” sont embauchés par la fédération et interviennent dans les centres sociaux de quartiers et au sein des associations.  

Une question a émergé du groupe en fin de présentation :  “ Quelle réaction des personnes concernées quand les actions ou les résultats ne sont pas à la hauteur de leurs attentes ?”   Ce à quoi Joaquim a répondu : “C’est une excellente question ! On créé des attentes…” avant d’ajouter qu’ils tendent à envisager les perspectives futures : “Comment est-ce que collectivement on envisage la suite?”. “On est pas là pour vous sauver, on peut vous aider à vous sauver vous même”.  

Un autre groupe (travaillant sur l’autodétermination des personnes en situation de handicap) a visité la structure des Pétunias régis par l’ASBL HAMA.  Mme TOMSIN directrice de l’établissement était entourée de son équipe pluridisciplinaire (éduc et AS) pour nous accueillir. Nous avons pu ainsi échanger avec cette structure sur leur démarche d’autodétermination. Selon cette équipe, il s’agit de “toujours avoir en tête le bien-être de la personne” et “qui sommes-nous pour décider à la place des usagers”. L’ASBL accueille 20 personnes en situation de handicap mental plus ou moins profond. La démarche de l’autodétermination n’est pas reconnue directement par l’équipe éducative mais est un axe de travail pour la directrice. Néanmoins, garantir le bien-être et les relations affectives et sexuelles des usagers sont au cœur du travail de la structure. L’équipe nous a retracé l’évolution de leur pratique quant à l’autodétermination. L’hospitalité belge a une nouvelle fois été présente dans l’accueil de l’équipe des Pétunias. 

Un dernier groupe a eu l’occasion d’avoir trois rendez-vous avec différents professionnels autour de la question de la spiritualité  La première rencontre avec le Centre d’Action Laïque (CAL) a permis d’avoir accès à une ASBL qui a pour objectif de défendre et de promouvoir la laïcité en Belgique francophone. Le CAL est une institution qui fédère des associations laïques en Belgique francophone et a pour but de promouvoir les idéaux laïques et le représenter auprès des pouvoirs publics, mais également de proposer écoute, soutien moral, questions éthiques et philosophiques, information et orientation vers des services existants dans les domaines sociaux, psychologiques, juridiques aux usagers, et également organiser des cérémonies laïques qui marquent les moments importants de l’existence.  La deuxième rencontre avec le Service de parrainage laïque (ASBL Hisser-Haut) a permis de mettre en avant  la relation avec des familles souhaitant accueillir ponctuellement et régulièrement un enfant à domicile durant des week-ends et une partie des vacances scolaires. Ce service a pour objectifs d’examiner les candidatures de parrainages et préparer les futurs parrains et marraines, évaluer la demande des enfants, veiller à l’adéquation entre les enfants et les familles de parrainages, organiser, suivre et accompagner les parrainages. Enfin, la rencontre avec Bilal du Foyer de jeunes des Marolles (rencontré en début de semaine) a permis d’échanger avec les pratiques d’accompagnement auprès des jeunes. 

Comme de coutume, nous avons clôturé la journée par un bilan où la question de la posture et de l’éthique dans les modalités d’entretien ont été débattues de manière transversale.



Citer ce billet
Ruggero Iori (2024, 15 mars). Le voyage d’étude 2024 à Bruxelles : le quatrième jour ! Master EPDIS. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w10i

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search