Portrait d’un.e ancien.ne étudiant.e EPDIS: Delphine Staessen

Délphine Staessen, aujourd’hui coordinatrice des formations sanitaires et sociales (en particulier vers des métiers de proximité en institution ou à domicile) pour un GRETA, a intégré la promo 2020/2021 du Master 2 EPDIS.

crédits : delphine staessen
  • Pouvez-vous présenter en quelques lignes votre parcours avant l’arrivée à EPDIS et ce que vous faites aujourd’hui ?

Juriste de formation initiale, mon parcours professionnel a pour point d’ancrage le logement, la défense pour tous de ce qu’il permet en termes d’insertion sociale et professionnelle, de ce qu’il symbolise pour ses occupants et à ce titre l’équilibre de vie auquel il concourt. C’est chez un bailleur social que j’ai opté pour les métiers de l’accompagnement. Ainsi, j’ai obtenu le CAFERUIS après avoir accompagné des locataires en situation de vulnérabilité. L’objectif était qu’ils accèdent, se maintiennent et se construisent symboliquement à partir de cet outil logement. Ma carrière est ainsi la résultante de cette approche, en considérant le logement comme l’outil essentiel pour accompagner les parcours de vie. Mes expériences professionnelles successives se sont axées en continuité avec ce point central qu’est le logement. Elles se sont ouvertes sur les questions de domicile, du chez-soi et de l’intériorité. En effet, j’ai coordonné pour un Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) l’offre de services spécifique aux personnes âgées, en m’attachant à questionner l’intérieur du logement et son symbolisme afin qu’elles puissent rester à domicile. Aujourd’hui, je coordonne les formations sanitaires et sociales pour un GRETA (groupement d’établissements publics locaux d’enseignement) et j’accompagne des stagiaires de la formation professionnelle vers des métiers de proximité en institution ou à domicile. L’objectif est de leur transmettre l’importance du lieu d’exercice professionnel, en tant qu’espace de l’intime et de l’intimité et vecteur d’équilibre, de santé et d’identité.

  • Quel était l’objet de votre recherche et qu’est-ce qui vous a amené à vous intéresser et à travailler sur ce sujet?

Ayant centré mon intérêt professionnel sur ce sujet du domicile des personnes âgées au démarrage de la formation EPDIS, l’objet de ma recherche a été la résultante d’un questionnement non clos depuis quelques années. Il a consisté à questionner le travail du manageur, en ce qu’il contribue à la réalisation du souhait le plus commun de ce public âgé qui est de rester à domicile. En quoi « le management de l’essentiel » (titre de mon mémoire) peut se construire dans un système institutionnel qui le confronte à des injonctions paradoxales et se déployer dans ce chez-soi non institutionnel, afin d’en faire prévaloir les vertus au bénéfice du parcours des personnes âgées ?

  • Quelles dispositif méthodologique avez-vous mis en place dans votre mémoire ?

Tout d’abord, il m’a fallu identifier ce que signifie la vieillesse dans notre société,  pour ensuite comprendre quand elle induit une prise en charge par la puissance publique et par des professionnels qui répondent aux injonctions de l’Etat. L’âge est alors traduit comme une charge et non comme un parcours susceptible de se transformer en levier, la vieillesse relevant davantage du domaine médical. Enfin, la vieillesse est vue comme un problème de société et non comme une ressource potentielle à faire fructifier. Face à l’institutionnalisation de l’âge qui s’imprime même jusque dans les corps des personnes âgées, il s’agissait de questionner le management d’un accompagnement de proximité qui fasse sens pour les personnes accompagnées dans leur quotidien et non dans leur dépendance.

Dans cette optique, j’ai construit un dispositif méthodologique en sollicitant des entretiens à des EHPAD et à des associations d’aide à domicile, le tout en jonglant avec la période de la pandémie 2020/2021.

Au départ, j’ai eu facilement accès aux entretiens auprès des cadres de différents EHPAD, mais en moindre mesure auprès des personnels de terrain. Ma recherche semblait alors amputée de réalisme et de la parole des personnes concernées. Seule cette parole et ma confrontation à l’impact du management dans le domicile des personnes âgées pouvaient confirmer ou infirmer le poids institutionnel au quotidien sur l’intimité du chez-soi. Pour cela, j’ai souhaité accéder au vécu au domicile, en accompagnant une journée de travail durant une assistante de vie sociale. Cette observation participante a demandé une importante négociation avec la structure, afin de vaincre les réticences et les craintes et les convaincre de son utilité.

  • Quels résultats de recherche vous tirez de votre recherche ?

Les résultats de cette recherche montrent clairement la présence institutionnelle dans le domicile des personnes âgées, dans le positionnement du professionnel et dans le corps des individus. Si cela semble évident pour des structures de type EHPAD, ceci est également le cas pour le travail réalisé hors des murs de l’institution, au domicile des personnes âgées : l’institution s’introduit dans le chez-soi et y appose son empreinte. On retrouve cette empreinte institutionnelle dans le positionnement même du professionnel de proximité qui se plie aux exigences de la structure relayées par des outils et des logiciels performants. Celle-ci est également présente dans les paroles et les corps des personnes âgées accompagnées.

Cette recherche a également mis en valeur que le professionnel joue une multitude de rôles. Ceux-ci relèvent de l’investissement voire du surinvestissement dans le quotidien de travail : cet investissement constitue lui-même un levier du maintien à domicile et peut générer une souffrance au travail, résultante de la non-reconnaissance des métiers. Le sens de leur travail est alors à rechercher dans les interactions que les professionnels entretiennent avec les bénéficiaires, qui permettent de mieux supporter la difficulté du travail réel face à un travail prescrit et quantifié.  

Enfin, qu’en est-il pour le manageur ? Ma recherche montre que c’est en accompagnant les personnels avec une disponibilité et avec une distance qui traduit un fonctionnement en confiance que se préserve l’essentiel de la relation qui se noue à domicile entre les personnes âgées et ces salariés de première ligne. Le manageur est un salarié comme un autre dans ce rôle,  soumis aux aléas institutionnels avec lesquels il a le devoir de composer, ayant conscience de son éloignement avec le travail réel qu’il doit néanmoins préserver pour garder le sens de l’action.

  • Quel intérêt ce travail de recherche apporte à votre pratique professionnelle, à votre posture et/ou au champ professionnel ?

Ce travail de recherche apporte des réponses managériales, en particulier quant à la juste posture du manageur entre le devoir institutionnel auquel il est chargé de répondre et celui de servir l’humain au sens large. Dans ce positionnement, le travail prend tout son sens à la fois pour lui et pour les salariés de proximité. On retrouve également la qualité du service rendu aux personnes âgées quand on considère toutes les dimensions que revêtent les métiers au domicile des personnes âgées.

Le champ professionnel pourrait ainsi envisager de transformer des organisations actuelles souvent immobilisées par les freins bureaucratiques en misant sur un management de l’essentiel, sans manquer aux devoirs auxquels elles s’engagent par leur conventionnement avec l’Etat.