Le voyage d’étude 2022 en Belgique: le deuxième jour à Bruxelles

Pour la version 2022 de notre voyage d’étude nous sommes basés à Bruxelles, afin d’aller rencontrer les partenaires et les acteurs socio-sanitaires en Belgique. L’équipe encadrante 2022 est composée par Pascal Fugier, Virginie Dufournet Coestier, Ruggero Iori, Anaïs Martin (de l’EPSS) et Gilles Monceau.

Le deuxième jour, mardi 8, débute avec un moment collectif de regroupement pour la visite des institutions européennes. Accompagnés par nos homologues belges du master MIAS de Bruxelles, nous assistons à une visite du Comité européen des régions (COR) et du Comité économique et social (CESE) et à une présentation de leurs fonctions par Klaus Hullman. Le secrétaire du COR revient sur l’intérêt de ce comité et sur l’importance du droit communautaire au niveau local ou régional (70% de l’ensemble des décisions de l’UE, et notamment dans le cas de l’éducation, la jeunesse, la protection sociale et la santé, entre autres).

Photo: RI

Nous nous divisons en petit groupes, afin de suivre les différents projets étudiants et d’aller à la rencontre d’autres acteurs de l’action sociale belge.

Le groupe de Pascal, Virginie, Gilles, Ruggero, Julien et Jeannette va a à la rencontre de Julie Pire, responsable communication de la plateforme citoyenne Bxl Refugee. Nous visitons le centre d’hebergement Les Ulysses à Schaerbeek, ouvert initialement dans la suite du démantelement de Calais et qui accueille actuellement 350 migrants sans abri (hommes et de toute nationalité confondue) et 103 salariés. Afin de mieux répondre aux violences de genre, la plateforme a ouvert également la Sister House, centre d’hébérgement non mixte pour des femmes migrantes sans abri. Cette rencontre permet d’approfondir l’actualité de la crise ukrainienne, le rapport ambivalent des pouvoirs publics et l’hétérogéneité du travail social dans l’accueil aux migrants (et la diversité des profils professionnels qui y travaillent!).

Bxl Refugees ; Photo : GM

L’après-midi se poursuit avec la rencontre avec les collègues du master MIAS (Ingénierie et Actions sociales) de la Haute Ecole Bruxelles-Brabant (HE2B).

Photo: RI

La directrice du département des sciences sociales, de l’information et de la documentation, Carine Delwit et ses collègues nous présentent la spécificité de cette institution et leur offre de formation. De la même manière qu’à Charleroi, le master MIAS se concentre sur la formation de professionnels “ingénieurs sociaux” depuis 2008. Or, depuis quelques temps le master change dans sa composition et voit l’arrivée de plus en plus de jeunes étudiant.e.s dans la continuité du bachelor (i.e. : licence, assistant.e social.e pour la plupart) en parallèle de professionnel.e.s en reprise d’étude (aussi jeunes, après une une courte expérience sur le terrain), ce qui questionne les contenus pédagogiques. Cela nous permet de présenter les spécificités d’EPDIS et d’échanger autour du rapport enseignement/recherche en France et en Belgique (et d’y comprendre plus sur les moyens alloués pour la recherche dans les Hautes Ecoles), ainsi que sur les évolutions du public accueilli dans ce master. Une partie du groupe reste assister à un cours de niveau M1 sur la méthodologie de l’action sociale.

HE2B. Photo: Jeannette

Parallèlement, l’après-midi se poursuit pour les autres groupes qui vont à la rencontre de plusieurs institutions et organisations belges, dans la continuité de leur mémoire ou de leur projet international : le directeur du service d’accompagnement de Bruxelles SABX, Mentor Escal et la prise en charge des Mineurs étrangers non-accompagnés (MENA), les réseaux de santé mentale enfants/ados (et les questionnements autour du case management), entre autres.

Isabelle Dobigny nous livre quelques notes de terrain à chaud à propos de la rencontre avec Saïd El Yahyaoui, directeur du SABX et des professionnels de son équipe :

“Le Service d’accompagnement de Bruxelles est une ASBL très militante pour l’inclusion des personnes en situation de handicap. Le service propose un accompagnement global pour des adultes en situation de handicap, présentant principalement une déficience mentale, un handicap moteur ou une maladie mentale stabilisée. Les fondateurs de l’association ont développé une méthodologie de l’accompagnement nommée méthode CARAT. Cette méthode s’appuie sur le lien et la relation à partir des centres d’intérêts de la personne, elle nécessite du temps (notion clé en totale contradiction avec le nouveau management public). La méthode prône l’équilibre des savoirs professionnels et des savoirs expérientiels des personnes accompagnées, visant un rapport d’ “égal à égal”, selon le directeur. De même, elle cherche à mettre en valeur le chemin parcouru comme démarche apprenante plus que l’atteinte d’objectifs. Selon le directeur : “ici il n’y a pas d’échec”; il précise qu’à la fois les professionnels et les personnes accompagnées apprennent durant le parcours d’accompagnement, qui se veut une démarche apprenante pour tous.
Les principaux leviers de leur accompagnement sont l’emploi et la formation. Le service démarche et sensibilise les employeurs du milieu ordinaire avec succès notamment grâce à l’argument des aides à l’emploi (dans un premier temps). Leur expérience montre qu’avec le temps les employeurs dépassent ce simple argument et pour certains trouvent un sens à recruter des personnes en situation de handicap. Ceci étant dit certains employeurs profitent du système et une fois les aides épuisées n’embauchent pas les personnes.
SABX se veut donc comme un service qui favorise l’émancipation des personnes accompagnées et leur inclusion. Selon le directeur le fait de matérialiser des guichets PMR c’est bien mais ce n’est pas ça l’inclusion. Pour lui l’inclusion veillerait a ce que l’accessibilité des guichets deviennent la norme.
Je repars avec un bouquin offert par le directeur qui souhaite venir à Cergy pour rencontrer mon équipe pour un échange de pratiques mais aussi pour leur proposer de jouer un jeu élaboré par l’ASBL sur les préjugés en matière de handicap. Visiblement que l’on travaille dans le champ du handicap ou non, que l’on soit familiarisés avec la participation, l’autodétermination, on ressort du jeu surpris des préjugés que nous avons encore. Éclairant !”



Citer ce billet
ruggeroepdis (2022, 9 mars). Le voyage d’étude 2022 en Belgique: le deuxième jour à Bruxelles. Master EPDIS. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ofvt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search