Le voyage d’étude 2022 en Belgique : le troisième jour de Schaerbeek à Uccle

Au menu de la journée : la maison des médiations à Schaerbeek et la découverte du réseau de santé mentale Rezone à Uccle, en plus des activités individuelles !

Pour cette troisième journée du voyage d’étude, le mercredi 10 mars, nous procédons avec l’organisation par activités individuelles et collectives, en grand groupe et petits groupes.

La matinée commence par une rencontre en petit groupe (Pascal, Virginie, Anaïs, Julien, Vanessa) à la maison des médiations de proximité de Schaerbeek où l’on rencontre l’association Declic de Roland Prévot, coordinateur de la maison des médiations. Prévenir le décrochage scolaire est l’une des missions principales de Déclic. Pour ce faire, il est important de créer un environnement favorable et épanouissant pour soutenir et guider le jeune et son entourage. Ainsi, les intervenants aident par exemple à restaurer le dialogue et à trouver des solutions constructives aux tensions et conflits rencontrés par les parents, les enfants, les élèves, les professeurs, la direction, etc. Les médiateurs sont présents à la Maison des Médiations et dans certaines écoles schaerbeekoises. Dans le cadre de leurs missions, les agents se portent garant des principes d’impartialité et de confidentialité. Ils sont formés à écouter, communiquer et négocier dans le respect de chacun. La médiation est entièrement gratuite.
Julien Herlein, ancien étudiant EPDIS de la promo de l’année dernière qui s’est joint à nous cette année, nous partage un compte-rendu de cette rencontre :

Après un tour de table de présentation, les médiatrices nous révéler l’ampleur de leur travail et les difficultés inhérentes aux missions qui leur sont confiées. Dans un premier temps, l’écueil qui se présente comme un défi à relever est de « gagner la confiance des directeurs d’école et des enseignants ».
« La présence dans les écoles est une priorité notamment pour accompagner les Primo-arrivants. Suivre un enseignement tout une journée, assis, pour ces enfants qui ignorent tout de la langue représente une violence qui doit nous interpeller ». Houria – médiatrice scolaire de formation assistante sociale
En effet, ouvrir les portes de son école, et de la classe ensuite à des acteurs extérieurs pour leur permettre de mettre en place des animation pérennes ne semble pas aller de soi. Même si les médiatrices et le coordinateur de la maison des médiations, Roland Prévot, énoncent que les directeurs d’écoles et les enseignants rencontrés visent l’épanouissement de l’enfant.
Ensuite, il y eut un échange autour du terme d’inclusion et de la signification de ce dernier. Nous constatâmes qu’il pouvait y avoir des quiproquos autour de la signification du terme susdit et donc des applications dans les pratiques éducatives pas forcément en résonnance lorsque celui-ci n’était pas clarifié en équipe.
Ce fut un échange riche et dense dans la mesure ou l’application d’un tel dispositif dans des modalités similaires n’existe pas en France.

Nous nous retrouvons ensuite en grand groupe (composé par Pascal, Ruggero, Virginie, Thomas, Isabelle et Isabelle, JB, Audrey, Julien, Peggy, Anaïs et Maryline à distance !), pour une rencontre-découverte avec le réseau de santé mentale Rézone. Nous nous dirigeons vers le Réseau Santé Mentale Bruxelles Sud dans son siège d’Uccle, au sud de Bruxelles. Ici, nous rencontrons François Wyngaerden, coordinateur général de Rézone, sociologue et maître de conférences invité en santé publique à l’Université catholique de Louvain.

Clinique d’Uccle ; Photo: AM

Lors de notre échange, il revient sur la notion de “rétablissement”, son histoire et les plusieurs visions de ce concept. Il nous présente la réforme de la psychiatrie et la voie belge de la désinstitutionnalisation, dans un cadre fédéral qui reste très hospitalo-centré. Cette rencontre permet d’approfondir le réseau de santé mental qu’il coordonne, Rézone, qui vise une offre de soins et d’accompagnement en santé mentale sensible au choix des usagers et de leur intégration et insertion sociale. Cela nous permet d’échanger autour des méthodes possibles que les professionnel.le.s peuvent intégrer et mettre en pratique afin de pouvoir favoriser la participation des personnes concernées.

Rencontre avec François Wyngaerden ; photo : RI

Nous terminons la journée avec un débriefing de mi-semaine sur le prochain programme de la semaine, quelques pas de danse et un peu de bossanova à la guitare.



Citer ce billet
ruggeroepdis (2022, 10 mars). Le voyage d’étude 2022 en Belgique : le troisième jour de Schaerbeek à Uccle. Master EPDIS. Consulté le 4 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ofvu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search