Le voyage d’étude 2022 en Belgique: un quatrième jour d’Anderlecht à Molenbeek

Au menu de la journée: rencontre avec la cellule de recherche-action de la fédération de services sociaux et après-midi avec le délegué général de la communauté française aux droits de l’enfant et la directrice de la CAPREV. Ainsi que retour d’Isabelle sur sa visite de La Braise à Anderlecht.

Pour ce quatrième jour, jeudi 10 mars, nous continuons le partage du temps de voyage entre activités collectives et individuelles.

Le groupe composé par Pascal, Ruggero, Virginie, Amandine, Julien, Peggy, Jeannette, Alexandre, Olivier, Maryline, Anthony va à la rencontre de la cellule recherche-action de la Fédération de services sociaux de Bruxelles à Anderlecht.

La cellule recherche-action ; Photo: Jeannette

Ici, nous rencontrons les deux chargées de recherche de la cellule, Charlotte Maisin, sociologue et ancienne intervenante en Haute Ecole de travail social, et Pauline Feron, anthropologue et éducatrice de rue auparavant. Elles nous présentent la Fédération des services sociaux (FdSS), organisation associative qui réunit environ 80 salariés et opère un travail de plaidoyer auprès des acteurs sociaux. La cellule recherche-action, dont elles font partie, réunit huit personnes et développe plusieurs projets de recherche-action, notamment la concertation Aide Alimentaire ou autour du numéro vert social, ou encore les groupes RAQ (relais d’action de quartier), en support des travailleurs.se.s de terrain. Tout le long de cette rencontre, nous échangeons autour de plusieurs thèmatiques : les différences entre travailleur.se.s sociaux.les du public et de l’associatif, le rôle de contrôle social (ou sanitaire) que peuvent de fois exerçer ces professionnel.le.s et la dimension préventive ou émancipatrice de ce travail. Cette rencontre est l’occasion aussi d’aborder la pratique du travail communautaire, très développée en Belgique (ici une contribution bibliographique), ainsi que les marges de manoeuvre (les libertés et les contraintes !) dont dispose la recherche en sciences sociales, citoyenne et participative, que developpe cette cellule, composée en large majorité de chercheuses socio-anthropologues de formation. La fédération a également signé le Manifeste du travail social et est membre du Comité de vigilance en travail social, que nous irons rencontrer le lendemain.

L’après-midi, le groupe se reconfigure (Pascal, Ruggero, Virginie, Olivier, Julien, Vanessa, Delphine, Alexandre, JB, Anthony) et poursuit son chemin dans les quartiers est de Bruxelles, chez le délegué général de la communauté française aux droits de l’enfant dans son siège de Molenbeek.

Photo : RI

Lors de cette rencontre, l’actuel délégué général, Bernard De Vos, islamologue, ancien éducateur de rue et précedemment maître assistant en criminologie à l’ULB, nous présente les actions du délegué, défenseur des droits des enfants, ce qui permet de revenir aussi sur les différences avec le système français. A ses côtés, David Lallemand, journaliste et conseiller en communication pour le délegué à l’enfance, complète la présentation des missions du délegué et insiste aussi sur le rôle des médias et de la communication dans la protection de la jeunesse et son action.

Photo : RI

A leurs côtés, Alice Jaspart, chercheuse en anthropologie et criminologie et actuellement directrice de services du CAPREV (centre d’aide et de prise en charge des extrémismes et radicalismes violents) nous présente ce service public de la communauté française belge et le type de public auquel il s’adresse. Sa présentation permet de revenir sur les rhétoriques de déradicalisation et plus globalement sur les questions de désengagement de la violence, tout en abordant des questions plus générales, tel le “virage punitif” du signalement des extrémismes en France et la justice de mineurs belge, entre éducation et repression (à ce propos voir le dossier d’Agora Debat-Jeunesse coordonné par Nicolas Sallée et Alice Jaspart ). De même, nous revenons aussi sur des enjeux plus spécifiques, tels que la situation des retours de la Syrie et le parallèle de leur prise en charge entre France et Belgique.

Parallèlement, certains d’entre nous continuent leurs visites individuelles ou en petit groupe. Un groupe est en même temps à Lille, à Liège ou dans d’autres parties de la région bruxelloise. Isabelle Dobigny, revient, dans ses notes à chaud, sur la visite du service d’accompagnement La Braise à Anderlecht.

La Braise a été fondée en 1995. D’abord centre d’accueil de jour, à mesure des années et des besoins des personnes La Braise est devenue un ensemble de plusieurs services : service d’accompagnement, accueil de jour, service répit, service de réadaptation. Un projet d’hébergement est prévu pour 2026.
Destinés à un public présentant une cérébrolésion acquise, l’ensemble des services de La Braize favorise la prise en compte des besoins de la personne dans sa globalité. Une personne peut tout aussi bien être accompagnée par le service d’accompagnement et bénéficier de l’accueil de jour ou d’un programme de réadaptation. Un fonctionnement en plate-forme en somme bien que ces services soient distincts les uns des autres et situés à différents endroits de la commune.
Nous rencontrons ici Mme Croisiaux, directrice depuis 1995, et Mme Cockaerts, coordinatrice du service d’accompagnement (équivalent d’une cheffe de service en France).
Après une présentation de nos services respectifs et un échange sur nos pratiques d’accompagnement, je découvre que l’autodétermination des personnes concernées est un principe fondateur à La Braise. Je me rends compte du chemin qu’il nous reste à parcourir pour intégrer pleinement ces pratiques et c’est aussi réjouissant que questionnant.
Dans un deuxième temps, Mme Cockaerts me propose de visiter l’ensemble des services me permettant de découvrir les outils spécifiques développés dans le cadre de l’accompagnement de ce public dont les troubles cognitifs impactent tous les actes de la vie quotidienne mais dont le handicap est dit invisible. C’est également l’opportunité pour moi de rencontrer une partie des équipes pluridisciplinaires et d’échanger avec une conseillère en insertion, une neuropsychologue et un éducateur.
Pour finir cette visite, Mme Cockaerts me fait découvrir les outils supports à la remédiation cognitive mis en place dans le cadre du parcours de soins mais aussi pour la gestion de la vie quotidienne.
Très inspirant pour mon activité de cheffe de service au sein d’un SAVS SAMSAH qui accompagne notamment un public similaire.



Citer ce billet
ruggeroepdis (2022, 11 mars). Le voyage d’étude 2022 en Belgique: un quatrième jour d’Anderlecht à Molenbeek. Master EPDIS. Consulté le 4 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ofvv

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search